Le voyage des bénéficiaires de la protection internationale dans leur pays d’origine : défis, politiques et pratiques au Luxembourg

Cette note de synthèse présente les principaux résultats de l’étude réalisée en 2018 par le point de contact luxembourgeois du Réseau européen des migrations intitulée « Les bénéficiaires de la protection internationale qui voyagent dans leur pays d’origine: défis, politiques et pratiques ».

Dans plusieurs Etats membres de l’Union européenne, les autorités ont détecté des bénéficiaires de protection internationale (ci-après bpi) ayant voyagé dans leur pays d’origine ou demandé un passeport à l’ambassade ou consulat de leur pays d’origine. Si ces actes ne représentent pas nécessairement un abus du droit à la protection internationale, ils pourraient, dans certains cas et dans certaines circonstances, amener les autorités à considérer que les raisons d’octroi de la protection internationale ont cessé d’exister : à savoir la crainte fondée de persécution dans le pays d’origine pour le réfugié ou le risque réel d’y subir des atteintes graves pour le bénéficiaire de la protection subsidiaire.

L’étude vise à apporter un éclairage sur les défis liés à la détection de ce phénomène et s’intéresse aux éventuelles conséquences de ces actes sur le statut de protection internationale, en particulier la cessation du statut qui pourrait en résulter.